retour

 

Située sur le golfe de Botnie, Rauma est l’une des rares villes médiévales de Finlande. Le cœur de la ville, Vanha Rauma (Ancienne Rauma) se compose de quelque 600 maisons construites en bois, de propriété privée pour la plupart, et couvre une superficie de 29 ha, ce qui en fait la plus grande zone urbaine en bois de Scandinavie demeurée intacte.
C’est un exemple exceptionnel de vieille ville nordique construite en bois, ce qui lui a valu d’être inscrite au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 1991.

La mer est la source de revenus principale de Rauma depuis des temps immémoriaux et la ville est toujours un important port de marchandises notamment pour l’expédition, dans le monde entier, du papier finlandais.

Rauma est aussi connue pour son dialecte régional haut en couleur, nommé Rauman Giäl, dérivé du finnois et comportant de nombreux emprunts au suédois, à l’anglais, voire au vieux flamand et à l’estonien qu’ont probablement ramenés les marins de leurs expéditions.

Enfin, Rauma est célèbre pour ses traditions très anciennes de production de dentelle au fuseau Chaque année, fin juillet, la ville organise durant une semaine le festival de la dentelle : il s’agit sans aucun doute d’un des événements les plus anciens de Finlande, puisqu’il remonte aux années 1740.
Cette fête est devenue une véritable tradition où vous trouverez des expositions de dentelles bien sûr, mais également des spectacles de danses traditionnelles et des stands gastronomiques. La Nuit de la dentelle noire constitue le point d’orgue de ces célébrations : les habitants se parent alors de leurs plus belles dentelles pour défiler dans les rues de Rauma.

Visitée le 22 juin 2017

rauma : plan

 

Rauma : parking le long du canalRauma : office de tourisme, Valtakatu 2
La ville n’est pas très grande, et nous trouvons facilement une place de parking le long du canal.
Nous remarquons les trois baigneuses et le crapaud, qui nous font sourire.

L’immeuble qui accueille l’office du tourisme (Vialkatu 2) ne peut pas être loupé tant il en impose : voyez le plan, il est signalé à l’extrême gauche.
Nous recevons un accueil très chaleureux et repartons avec un plan détaillé de ce qu’il faut voir.

 

Rauma : beignets à la vanille
Nous empruntons Kuninkaankatu, juste en face de l’office de tourisme, pour arriver dans la vieille ville et repérons très vite LA pâtisserie qu’il ne faut pas manquer quand vous êtes de passage à Rauma : Le Café Kontio, au N°9.
La spécialité de l’endroit est le beignet à la vanille, au menu depuis plus de 10 ans avec toujours le même succès. Ces petites douceurs partent à une vitesse incroyable ! Il y en avait encore pas mal quand je les ai pris en photo dans la vitrine mais, une fois que mon tour est arrivé, les derniers venaient de trouver preneur. Heureusement, la prochaine fournée arrivait moins d’un quart d’heure plus tard.

Vous pouvez le manger sur place, dans le petit salon de thé attenant, ou dehors, sur la petite terrasse aménagée dans la cour, ou l’emporter.

 

Rauma : église(1) L’église de la Sainte-Croix, principal édifice religieux de Rauma, a été construite à la fin du 15ème siècle pour les besoins d’un monastère franciscain implanté à cet endroit alors que la Finlande était encore officiellement catholique. L’église fut inaugurée le 15 juillet 1512, jour de l’élévation de la Sainte Croix.
Elle servira aux franciscains jusqu’en 1538, date à laquelle le monastère sera dissout suite à la Réforme sous le règne de Gustav Vasa. On ne sait pas trop quel fut le destin de l’église après cette dissolution car la paroisse de la ville de Rauma avait bâti une autre église pour les besoins de ses fidèles, l’église de la Sainte Trinité.
Mais celle-ci sera détruite par un incendie en 1640 (nous en verrons les ruines au cours de notre promenade dans la vieille ville)
Après cet évènement, l’église de la Sainte Croix a été transformée en église luthérienne. La tour n’a été construite qu’en 1816, en utilisant des pierres issues des ruines de l’église brûlée.

 

Rauma : église, fresques
Avant de pénétrer dans l’église, vous aurez remarqué la statue de Saint-François d’assise, juste en face du portail principal. Sur le socle, il est écrit « Mon Rédempteur, fais de moi un instrument de ta paix »

Les peintures médiévales sur les murs et les voûtes du choeur présentent toutes l’histoire de la Rédemption avec la Vierge Marie dans le rôle prépondérant.
Les peintures ont été faites à l’époque de l’évêque Arvid Kurki. Elles étaient recouvertes depuis la Réforme et ont été découvertes en 1891, au cours de la restauration engagée par des notables de la ville.

Dans le choeur de l’église, vous pourrez admirer le tableau votif le plus vieux de Finlande. Il a été peint à la mémoire de la fille d’un ancien maire, Margareta, emportée par la peste le 15.7.1572. Au bas de la peinture, un poème élégiaque décrit le cortège d’enterrement.

 

Rauma : église, chaire
La chaire de l’église a été fabriquée en Allemagne du Nord mais elle est un magnifique témoin de la sculpture sur bois de la Renaissance en Finlande.

Elle est décorée de sculptures représentant les apôtres et des saints. Dans la partie supérieure, un passage de la bible en latin a été gravé ; il signifie « Allez par le monde entier, proclamez la Bonne Nouvelle à toute la Création »

 

rauma : église, le choeurRauma : triptyque médiéval

Le triptyque médiéval (dans la nef, à gauche du choeur, comme vous pouvez le voir sur la photo de gauche) est une donation du colonel Michel Jordan en 1629.

Il a vraisemblablement été fabriqué en Prusse aux environs de 1440.

 

Rauma : église, peinturesRauma : église, orgue
Les portraits que nous admirons sur le parapet de la galerie ont été peints en 1757 par Jonas Bergman, le peintre des églises. Ils représentent les apôtres qui sont morts en martyrs.

L’orgue de l’église a été bâti par Nils Strömbäck en 1784. Douze ans plus tard on a ajouté à la façade les sculptures et une peinture du roi David qui joue à la harpe.
De l’orgue original, il ne reste que la façade.

 

Rauma : église, vitrail

 

Le vitrail de la fenêtre du choeur « La transfiguration de Jésus sur le mont Tabor » a été fabriqué à Berlin.
Ce vitrail est une donation du conseiller J.W. Söderlund en 1891, à l’occasion de la restauration de l’église.

Des donations, il y en a d’autres, comme le lustre dans la grande Nef : si l’on en croit l’inscription gravée dans ce lustre somptueux à 24 lampes, Johannes Weilanus l’a acquis en 1648 pour décorer l’église orthodoxe de sa ville natale.

Le voilier que vous voyez dans le vestibule de la tour de l’église est une reproduction de la frégate Osmo construite à Raume en 1860 : elle a été donnée à la paroisse en 1967, quand la ville de Rauma a célébré ses 525 années d’existence.

 

Rauma : ancien hôtel de ville(2) L’ancien Hôtel de Ville a été construit en 1776, sur les plans de l’architecte allemand Christian Friedrich Schröder. Nous sommes en présence d’un style baroque tardif bien que que la forme de base (deux étages avec une tout d’horloge) soit déjà courante dans les villes médiévales d’Europe. Rauma partage avec Porvoo le privilège d’être les seuls en Finlande à posséder des mairies du 18ème siècle à être restées dans leur forme originale.

Après l’achèvement de la nouvelle mairie en 1910, un musée sera installé à l’étage tandis que le service de police local occupait le rez-de-chaussée jusqu’en 1930.

De nos jours, le rez-de-chaussée expose l’histoire de la dentelle à Rauma, tandis que l’étage est dévolu aux expositions temporaires.
Le magasin du musée vend des oeuvres d’artisans locaux, de souvenirs et bien sûr des dentelles.

Bon à savoir : La tour de l’ancien hôtel de ville devient une attraction touristique à l’occasion du Festival de la Dentelle : de là-haut, une mélodie spéciale est interprétée chaque jour par un trompettiste de la fanfare de Rauma à la tombée de la nuit.

 

Rauma : place du marchéLa place du Marché est un lieu de rassemblement très prisé des habitants de la ville.

Nombreuses sont les personnes qui s’arrêtent à chaque stand pour discuter, avant d’acheter leurs légumes ou leur poisson.
De plus, on trouve aux alentours de la place de nombreux magasins, cafés et restaurants, dont le Café Sali, intime et charmant à souhait, est un exemple parfait.

C’est la première fois que je vois des pommes de terre vendues au litre et non au kilo (cliquez sur l’image pour l’agrandir et ainsi mieux voir)

 

Rauma : statue de dentellière(3) Cette statue, située sur la place Helsingintori, est un hommage aux dentellières (dentelle aux fuseaux) et à leur savoir-faire artisanal traditionnel qui a survécu durant des siècles, et qui fait toujours la renommée de Rauma.

Il parait que, lorsqu’en 1550 Gustave Vasa roi de Suède ordonna à la population de déménager vers Helsinki (la capitale nouvellement créée) pour développer l’industrie de la capitale, les dentellières ignorèrent cet ordre. Leur entêtement paya car au 18ème siècle, grâce à l’engouement européen pour les bonnets en dentelles, Rauma devint une ville commerciale florissante. Les dentellières de la ville gagnaient chaque année tellement d’argent grâce à leur artisanat que, selon l’avis du préfet, la dentelle à fuseaux aurait dû devenir une industrie à part entière, surtout à Rauma où celle-ci était plus fortement pratiquée que nulle part ailleurs.

Les habitants y fabriquent toujours de la dentelle raffinée et célèbrent chaque année ce patrimoine durant la dernière semaine de juillet lors d’un festival.

 

Rauma : tammela(4) Tammela (Eteläpitkäkatu 17) occupe l’une des plus grandes parcelles de la vieille ville : 1774 m² exactement.
Cet immeuble résidentiel, comprenant plusieurs appartements, a été construit au début du 19e siècle. En plus du bâtiment principal, il y avait un grand bâtiment agricole, avec des écuries pour les chevaux et des étables pour les vaches.

Aujourd’hui, la ville y a installé le centre de rénovation du patrimoine, qui propose aux propriétaires des services et une assistance technique en matière de réparation et rénovation. Ce service est gratuit pour les habitants de la vieille ville. Le Centre possède également un fonds de matériaux de construction traditionnels et organise des ateliers pour les habitants locaux désireux de réaliser des détails architecturaux.

La cour est ouverte au public et vous pourrez admirer dans le jardin les plantes typiques d’un jardin traditionnel finlandais.

 

Rauma : tammela, nom des maisons
Remarquez deux particularités du vieux Rauma :

– Les maisons sont construites en forme de L ou de U avec au centre la cour fermée par un haut portail peint aux couleurs de la maison et sculpté de manière plus ou moins sophistiquée (chaque portail est unique) : de cette manière, hommes et bêtes (il y avait des étables, des écuries, des poulaillers dans les bâtiments annexes situés sur les propriétés) étaient en sécurité, bien à l’abri des loups qui rôdaient encore en nombre à l’époque.
– Les maisons ont toutes un nom, inscrit de manière homogène sur une plaque de métal ovale. Ce nom peut se rapporter à son propriétaire (nom, prénom, profession, hobby, …) ou dériver du nom d’une des innombrables îles qui entourent la ville.
Toutes ces maisons peuvent donc être trouvées, soit par leur nom, soit par leur adresse : le site de la vieille ville propose les deux modes de recherche.

 

Rauma : kalatori square(5) Kalatori (place du marché aux poissons) est l’endroit le plus ancien de la ville. Jusqu’au 14e siècle, avant qu’il y ait des soulèvements de terrain, la mer arrivait là et l’on suppose que le port primitif devait avoir été établi à cet endroit.
Il semble cependant avéré que le nom de « place du marché aux poissons » ne date que des années 1800 : elle a été appelée « place du marché du bétail », « place des chevaux », etc.
Toujours est-il que les traces d’habitation les plus anciennes ont été trouvées ici.

Aujourd’hui, le visiteur ne voit que les ruines de l’ancienne église de Rauma, qui a brûlé en 1640 : l’Eglise de la Sainte Trinité. Des traces d’un édifice plus ancien (15e siècle) ont été trouvées et l’on peut aussi affirmer avec certitude que l’église en pierres qui lui a succédé a été rebâtie plusieurs fois avant de brûler et d’être définitivement abandonnée au profit de l’église de la Sainte-Croix (vue au début de notre circuit).

 

Rauma : marela museum(6) La Marela (kauppakatu 24) appartenait à une riche famille de marchands du 19e siècle, les Granlund.
Gabriel Granlund II (1819-1901) était un éminent bourgeois de la ville, propriétaire des plus grands bateaux, à une époque où le commerce et l’expédition de marchandises étaient florissants à Rauma.
Après sa mort, ses deux fils et sa veuve ont effectué d’énormes rénovations dans la maison. Malheureusement, les affaires des fils périclitèrent et la maison sera vendue aux enchères.
La ville de Rauma finira par acheter la maison en 1978, pour l’ouvrir au public en 1982.

Les détails de l’intérieur du bâtiment, tels que les peintures au plafond, les panneaux des plafonds et des murs, les poêles et les portes, ont été conservés dans le même état que du temps des Granlunds.
Dans les chambres, le mobilier respecte le type de meubles mentionnés dans la liste d’inventaire, mais rien de l’ensemble des biens ménagers de la famille Granlund ne subsiste.
Les chaises et les tables dans la salle à manger ne sont pas anciennes et la pièce est toujours utilisée à des fins de représentation.
Des expositions temporaires sont également organisées dans le musée.

 

Rauma : hauenguano(7) Les deux rues principales du vieux Rauma, Kauppakatu et Kuninkaankatu, se rejoignent ici, à Hauenguano.
La ville était entourée par une clôture du début du 17e siècle jusqu’en 1808. L’entrée de la ville se faisait par un poste de péage situé ici.

Sur la photo vous voyez, à gauche, la première maison privée à avoir été édifiée en pierre pour Efraim Broman en 1775. En cliquant sur la photo pour l’agrandir, vous pourrez voir l’année de construction inscrite en grand sur la façade, suivie des lettre EBM (pour Efraim BroMan ?)
La Pinnala, juste à côté, a été construite au début du 19e siècle.

De nos jours, ces deux maisons accueillent le Musée d’Art (Kuninkaankatu 37) et ses expositions temporaires d’art traditionnel et moderne.
Cette partie de la ville accueille des magasins et bon nombre d’ateliers d’artisans.

 

Rauma : kitukrann

 

(8) Kitukränn, qui relie Kuninkaankatu et Kauppakatu, est la rue la plus étroite de Finlande : elle fait 60 mètres de long sur 263,40 cm de large.
On suppose que l’allée était utilisé dans la ville médiévale pour y déverser des déchets, avant la construction du système d’évacuation des eaux usées.

Evidemment, la circulation motorisée y est interdite.

 

Rauma : kirsti museum

(8) Kirsti est à l’autre bout de l’échelle sociale par rapport à Marela.

Il s’agit probablement du plus vieil ensemble de bois de Rauma. Kirsti est très intéressant parce qu’il nous éclaire sur les méthodes de construction utilisées dans la ville au 18ème siècle et au début du 19ème.
L’ensemble des bâtiments comprend une maison d’habitation, des dépendances, une étable, une écurie, une grange et un bâtiment de stockage.
Remarquez la clôture qui court tout le long de la propriété : cela permettait de laisser les animaux à l’extérieur en été. Les gens qui vivaient ici avaient des vaches jusque dans les années 1950.

 

Rauma : kirsti museum
La propriété est restée dans la même famille durant 200 ans, même si les noms des occupants ont changé au cours des années : la succession s’est faite par l’intermédiaire des femmes.
Les occupants des lieux ont exercé toutes sortes de professions : marins, ouvriers, artisans. Il y a eu des locataires aussi.
Enfin, les femmes de Kirsti étaient connues pour être des dentellières réputées.

L’ensemble a été racheté par la ville qui l’a transformé en musée, afin de montrer les conditions de vie des gens modestes de la fin du 19ème jusqu’au milieu de 20ème siècle.

 

Nous avons consacré la matinée à la visite de Rauma et cela nous semble suffisant, sauf si vous souhaitez vous attarder dans les musées.
Tampere, notre prochaine destination, nous attend (142 km à parcourir, 2h de trajet environ)

 

retour