retour

 

Kuopio est fondée en 1652 par l’ambitieux comte Per Brahe, gouverneur général de Finlande. Elle ne reçut cependant ses droits de cité qu’en 1775 sous le règne de Gustave III de Suède, qui élèvera la commune au rang de capitale provinciale en 1782.
Son développement sera très lent jusqu’à l’ouverture du canal de Saimaa en 1856 qui lui offre un débouché sur le Golfe de Finlande. La prospérité de la ville sera encore favorisée par l’inauguration du chemin de fer du Savo en 1889. Elle devient alors un centre commercial pour la région, et un passage obligé pour les produits d’exportations comme le bois et le beurre.

Après la Seconde Guerre mondiale, il a fallu reloger d’urgence les Caréliens fuyant leur région natale annexée par les Soviétiques. Cela a conduit, entre les années 1960 et 1970, à des choix et des conceptions architecturales assez critiquables. L’activité industrielle et forestière n’a cependant pas empêché l’aménagement de vastes parcs aux belles allées de sorbiers et de bouleaux.
Vous remarquerez que le centre-ville est organisé en damier, entrecoupé de larges rues : comme dans toutes les villes de Finlande que nous avons visitées, elles étaient destinées à prévenir la progression des incendies, véritable fléau pour des cités construites à l’époque uniquement en bois.
La création de l’université en 1966 confirme son statut de capitale régionale, pôle d’attraction et de développement pour tout le nord de la Région des lacs.

Mais c’est son emplacement sur les bords du lac Kallavesi qui constitue l’essence de la ville aujourd’hui. On y vient pour les nombreuses croisières qui sont proposées quotidiennement au départ du port de passagers, pour se prélasser sur les pontons des cafés du rivage, ou pour goûter aux variations culinaires autour des poissons lacustres.
Ceux qui préfèrent la terre ferme ne sont pas oubliés : on peut très rapidement s’enfoncer au plus profond des forêts d’épicéa, et se laisser guider par le balisage mis en place pour que les randonneurs ne s’égarent pas dans ce dédale.
Kuopio est une destination nature, cela ne fait aucun doute !

Visitée le 23 juin 2017

kuopio : plan de la ville

 

Nous sommes arrivés à Kuopio vers midi : 300 km et environ 4 heures de trajet séparent en effet la ville de Tampere, où nous avons passé la nuit.

Pas méfiants du tout, nous avons commencé par explorer la ville : bizarre, de nombreux endroits étaient fermés ou sur le point de l’être … Nous avons fini par comprendre : les Finlandais s’apprêtaient à fêter la Saint-Jean, fixée le samedi tombant entre le 20 et le 26 juin de chaque année, soit le 24 juin en 2017.
Or, la Saint-Jean est en Finlande un jour férié national de toute première importance, à tel point que tout ferme déjà le vendredi après-midi, y compris les sites touristiques, quels qu’ils soient !
La visite de la ville se résumera donc à une portion vraiment congrue, circonstances obligent !

 

kuopio : hôtel de villeNous avions lu que le marché d’été de Kuopio, qui se tient sur la place du marché, constitue le coeur battant de la ville.
Il devait être « une vitrine colorée et animée pour les produits frais finlandais tout au long de l’été, qu’il s’agisse de légumes, baies ou champignons ».

Or là, il n’y avait … rien !

Nous nous contentons donc d’admirer la mairie, construite de 1882 à 1886 suivant les plans de Frans Anatolius Sjöström. Les travaux sont conduits par Josef Stenbäck.
Au premier étage il y eut entre autres un restaurant, une salle de lecture et une bibliothèque populaire.
Qu’y a-t-il exactement de nos jours ? Difficile de le dire : le bâtiment était déjà fermé en vue des fêtes de la Saint-Jean

 

kuopio : kauppahalli

 

Nous nous dirigeons néanmoins, pleins d’espoirs, vers le marché couvert, les kauppahalli.Nous ne pourrons jamais vérifier que « On peut vraiment acheter de tout au marché couvert de Kuopio, qu’il s’agisse de poissons frais, viande, pain, légumes et autres produits finlandais essentiels comme des accessoires pour le sauna. »

Construit en 1902, ce pittoresque bâtiment est l’une des plus anciennes et plus emblématiques constructions de la ville.

 

kuopio : kalakukkoNous nous étions déjà presque résolus à ne pas pouvoir goûter à la spécialité locale : le kalakukko, un mélange de poissons et de porc cuit en croûte de pain de seigle et enveloppé dans du papier d’aluminium.

Nous avons fini par trouver notre bonheur chez un marchand qui était en train de remballer son étal. Il a accepté de ressortir un exemplaire, en nous demandant si nous en voulions un avec des os ou sans os ?? Nous avons fini par comprendre qu’il voulait parler des arêtes des poissons …
Comme il nous assurait que le meilleur, et le seul « vrai », était celui « avec », nous avons opté pour celui-ci, d’autant plus que le marchand nous expliquait que le produit est cuit à des températures relativement basses, durant des heures, ce qui adoucit les arêtes au point de les dissoudre en bouche.

Aucun de nous n’a apprécié ! Manifestement, ce sont de petits poissons bien truffés d’arêtes, impossibles à consommer autrement, qui ont été utilisés.

Mais ceci est notre expérience et ne doit pas vous arrêter : si vous avez aimé, n’hésitez pas à le dire via les commentaires et surtout, indiquez l’adresse ! Nous avons acheté notre kalakukko chez Irene Partanen.

 

kuopio : pikku pietarin

 

Nous nous dirigeons pleins d’espoir vers Hatsalankatu : au N°24, nous devons trouver un petit marché original : Pikku-Pietari (« le petit Saint-Pétersbourg ») situé dans une ancienne étable non loin du marché principal de la ville.

« On trouve tout ce que la Finlande produit de meilleur en termes de nourriture, des petits et délicieux corégones d’eau douce à la plus fine sélection de produits artisanaux, antiquités et meubles rustiques vendus dans des échoppes d’autrefois. Egalement doté d’une cafétéria avec terrasse, ce marché idyllique est ouvert de juin à fin août. » nous disait notre guide.

Evidemment, tout était fermé pour cause de fête de la Saint-Jean !

 

kuopio : cathédralekuopio : cathédrale, parc et lac kallavesi

La cathédrale de Kuopio (en finnois Kuopion tuomiokirkko, en suédois Kuopio domkyrka) est une cathédrale évangélique-luthérienne, conçue par l’architecte Pehr Wilhelm Palmroth en 1795.

La construction débutera en 1806 mais sera interrompue par la Guerre de Finlande en 1808 et ne reprendra qu’en 1812. L’église sera inaugurée le 7 avril 1816.

Un très joli parc entoure la cathédrale : la longue allée qui aboutit au lac est du plus bel effet

 

kuopio : cathédrale, retablekuopio : cathédrale, orgue et peinturesL’intérieur de l’église est très sobre et il n’existe que peu de littérature à son sujet.

Le retable peint en 1843 à Saint-Pétersbourg par Berndt Abraham Godenhjelm a été offert cette même année à la cathédrale par le pasteur et docteur en théologie Matthias Ingman.

Les orgues principales à 52 jeux ont été construites en 1886 par la fabrique danoise Bruno Christensen & Sønner Orgelbyggeri.
Les peintures qui couvrent le mur du fond sont des tableaux des évangélistes peints par Urho Lehtinen.

 

kuopio : musée

En sortant de la cathédrale, nous nous promenons un peu dans le joli parc Snellmann (du nom d’un philosophe, journaliste et homme d’État finlandais )
Nous remarquons alors ce bâtiment qui ressemble un peu à un castel : il s’agit du Musée de Kuopio (kauppakatu 23).
Achevé en 1907, l’édifice illustre à merveille le mouvement du romantisme national.

Le musée couvre à la fois l’histoire culturelle et l’histoire naturelle. Ainsi, de nombreuses espèces de la faune et de la flore finlandaises y sont présentés.

 

[box type= »shadow »] D’autres musées, d’autres bâtiments valent la peine d’être vus mais, étant donné les circonstances, nous préférons quitter le centre-ville pour nous diriger vers LE point d’intérêt de Kuopio : la tour Puijo. Nous craignons en effet qu’elle ne ferme, elle aussi, prématurément pour cause fête de la Saint-Jean : ce sera effectivement le cas.
[/box]

 

La tour de Puijo

kuopio : la tour puijokuopio : puijo, historiqueLa tour de Puijo est connu de tous les Finlandais, même ceux qui n’ont jamais mis les pieds à Kuopio !

Cette tour est la troisième à s’élever ici :
– la première a été construite en bois, en 1824, et ne mesurait que 16m de haut
– la seconde a été construite en pierre, en 1906, et mesurait 24m de haut
– la troisième, celle que nous voyons, a été construite en 1963 : c’est la première tour d’observation des pays nordiques à posséder un restaurant tournant, qui occupe le 12e étage.
On peut atteindre la terrasse panoramique par un escalier à partir du 13e étage.

 

kuopio : midsummerkuopio : puijo, vue depuis le bas de la tour
En cette veille de fête de la Saint-Jean, le restaurant est carrément fermé !
Et la terrasse, au lieu d’être accessible jusqu’à 21h00, est fermée à 16h00.

En grimpant (tant bien que mal !) sur l’un des tremplins à ski qui part du pied de la tour, je parviens à avoir une jolie vue sur la forêt et le lac.

Mais nous décidons d’un commun accord que cela ne vaut pas la peine de nous redéplacer en soirée afin de vérifier si une lumière irréelle baigne effectivement le paysage au coucher du soleil en été, comme le rapportent certains visiteurs.

 

Par contre, nous ne pouvons que vous encourager à vous rendre à pied jusqu’au site : vous y arriverez en une petite demi-heure de marche facile.

 

kuopio : puijo, sentiers de randonnée

 

Une grande partie de Puijo est une zone protégée depuis 1928 : elle a été la première zone naturelle protégée en Finlande instituée sur un terrain privé. L’ancienne zone protégée couvrait 63 hectares, alors qu’aujourd’hui, ce sont 208 hectares de forêt protégée qui participent au programme Natura 2000.

Les sentiers sont nombreux et très bien balisés : vous pouvez télécharger la brochure ici
De plus, des panneaux explicatifs ont été mis en place pour vous faire connaitre la flore et la faune locales : vous pouvez retrouver toutes ces informations en cliquant sur ce lien

 

kuopio : puijo, sentiers de randonnéekuopio : puijo, sentiers de randonnéekuopio : puijo, sentiers de randonnée

 

Les panneaux directionnels ne manquent pas, et le marquage est reporté sur les troncs des arbres.

 

[box type= »bio »]
C’est avec cette petite balade dans la colline boisée de Puijo que se termine notre visite à Kuopio, car ces festivités de la Saint-Jean nous ont pris au dépourvu.

Si nous nous y étions préparés, nous aurions su qu’il était possible de participer aux réjouissances qui se déroulent sur les berges du lac pour l’occasion, notamment à l’hôtel Rauhalahti.

Ou mieux encore (à notre goût), nous aurions pu faire une croisière « spéciale fête de la Saint-Jean » qui nous aurait permis non seulement d’admirer le paysage lacustre à la tombée du jour mais encore de voir les feux allumés un peu partout pour l’occasion.

Un conseil donc : si vous êtes en Finlande durant les festivités de la Saint-Jean, recherchez sur internet, en tapant « Juhannus » + le nom de l’endroit où vous serez, des idées de sorties pour profiter au mieux de l’évènement.

Quelle que soit la date à laquelle vous venez dans cette ville, n’oubliez pas que l’un des principaux atouts de Kuopio en tant que destination d’été est d’être un point de départ pour des croisières dans toute la région des Grands Lacs. Au cœur de la saison, pas moins de 20 croisières quotidiennes sont organisées sur les vastes eaux du lac Kallavesi.

Si votre planning le permet, pourquoi ne pas aller faire un petit tour à Jätkänkämppä (« petite cabane » en finnois), un sauna à fumée classé au top 10 des meilleurs sauna de Finlande. Un restaurant a pris place dans la hutte des bûcherons adjacente : vous pourrez vous régaler de plats traditionnels au son de l’accordéon.

Les bus N°7 et 9 desservent l’hôtel Rauhalahti, d’où il ne reste que 600m à parcourir à pied. En été, vous pouvez y aller en bateau depuis le port.

[/box]

 

retour